Instantanés simulés

 

PhizFullStop"Full Stop" par Alfred Silvester,  ca 1860 (collection J. Calvelo).

Les faux instantanés sont une des méthodes utilisées pour compenser les insuffisances de la technique dans les premiers vingt ans de la photographie. Avant même que les véritables "instantanéités", comme on les appelait alors, ne soient à la portée des photographes, quelques-uns simulaient, dans des mises en scène préparées en atelier, des prises de vue ultra-rapides.

Ainsi, certains photographes court-circuitent le débat sur l'instantanéité. Loin de proposer une solution technique à la difficulté, ils s'accommodent de la situation. Ils trouvent ainsi, en bon bricoleurs (bref, en "artistes" peut-être ?) à défaut d'être d'excellents techniciens, une solution provisoire à une difficulté qu'ils sont encore incapables de résoudre.
Trucages, solutions bricolées en studio, par "en dessous" peut-être, mais néanmoins assez astucieuses, et qui leur permettent de figurer des scènes que les possibilités réelles de la technique ne permettront de réaliser que quelques dizaines d'années plus tard.

L'instantanéité est par exemple souvent mise en scène par la chute ou le "vol" (forcément rapides) d'un objet.
Ainsi, parmi d'autres, une vue stéréoscopique française (d'une signification assez obscure à mes yeux) montre-t-elle une famille réunie dans ce qui semble la cour d'une maison. Un homme paraît agiter un arbre d'où tombe un fruit rond (ou s'agit-il d'un ballon ?), immobilisé dans sa chute, qu'observent attentivement femmes et enfants.

 

InstantBallonVue stéréoscopique anonyme, probabl. française, ca 1860/63, anonymous stereoview.



Dans une autre image, deux femmes jouent au badmington. Le volant est suspendu en l'air entre elles.

Est-il utile de préciser qu'un objet en chute libre est encore impossible à photographier (en suspension) à la date probable de la prise de vue (vers 1860/65) ? Et tout particulièrement, ajouterai-je, dans l'ambiance moins lumineuse d'un studio, comme c'est ici visiblement le cas ?

 

 

InstantRaquettBadmington, vue stéréoscopique anonyme, (France ou UK ?), ca 1860/65, anonymous stereoview.



Dans une vue anglaise assez cocasse (A Wet Day), plusieurs passants sont surpris par une bourrasque qui fait voler couvre-chef, parapluies et crinolines. Le haut-de-forme d'un homme est soulevé à 20 cm au-dessus de sa tête,.tandis que la robe de sa voisine est soulevée par le vent, découvrant son jupon. Les figurants sont bien entendu entourés de fils qui soulèvent ou tirent les vêtements dans tous les sens et qui seuls rendent la saynète vraisemblable.

InstanTempeteA Wet Day par Michael Burr (merci à Frans Toes pour m'avoir indiqué le nom du photographe !), vue piratée, ca 1860/65.

Autre exemple, mais beaucoup moins spectaculaire, The Mouse Trap nous montre un groupe à la recherche d'une souris sous une chaise. Le chien en position d'attaque est, sans le moindre doute, empaillé, les animaux étant trop mobiles (surtout dans des situations de stress comme celle-ci) pour tenir la pose bien longtemps.

 

InstantChienThe Mouse Trap, vue anonyme anglaise, ca 1865/70, anonymous British stereoview.

 

Nouvel exemple, l'impossible saute-mouton photographique :

 

InstantSauteMoutonVue stéréoscopique anonyme (France ou UK ?), ca 1860/65, anonymous stereoview.


Il faudra attendre les années 1880 pour que la photographie soit capable de fixer les mouvements d'objets aussi rapides.

En attendant, sous le Second Empire, certains photographes restaient convaincus que l'impuissance technologique n'est pas une raison suffisante pour se priver de canulars irréalisables techniquement.

Il n'est jamais bon d'attendre le venue de l'avenir pour trouver une solution (même bricolée !) à un problème présent.

 

Page d'accueil / Main page

Photographie 3D " primitive "

Vues stéréoscopiques anciennes (early stereoviews) * Histoire et esthétique de la Photographie stéréoscopique * 3D History - Photographie ancienne * Cartes de visite, CDV * Albumine * Albumen

http://stereoscope.canalblog.com