Photos liées au tag 'Elliott'

Voir toutes les photos
17 mai 2015

Vues « composées » — James Elliott (6) - non signées

Images pouvant être attribuées à James Elliott ? Bien qu'Elliott, contrairement à beaucoup de photographes victoriens, ait fait preuve, en marquant sa production, d'un sens aigu de l'authorship, ses tirages ne sont pas systématiquement signés. Curieusement, alors que certains titres sont fréquemment porteurs du timbre sec du photographe ou d'une étiquette permettant une attribution formelle, d'autres, sortant vraisemblablement du même atelier, ne le sont jamais. Il est facile d'imaginer plusieurs motifs (autres que la modestie) à... [Lire la suite]

17 mai 2015

Vues « composées » — James Elliott (5)

  Suite des mises en scène réalisées vers 1855-1858 par James Elliott. Les cartons de montage portent le timbre sec du photographe ou sont crédités au verso. Les attributions sont donc quasiment certaines. Faisant preuve d'un "sens de l'authorship" inhabituel chez les stéréoscopistes, Elliott a, semble-t-il, toujours pris grand soin de créditer l'auteur des négatifs lorsque son propre rôle se limitait à celui d'éditeur (voir par exemple les tirages qu'il publia après la mort de son confrère William Grundy).     ... [Lire la suite]
03 mai 2015

Vues « composées » — James Elliott (4)

  Nature morte / Still Life, par James Elliott, vers 1858 (collection J. Calvelo)   Le globe en verre qui couvre la statuette fournit un aperçu, assez peu fréquent, de la verrière couvrant l'atelier du photographe.   Still Life (detail), James Elliott     Réunion mondaine (avec stereoscope), par James Elliott, vers 1858 (collection J. Calvelo)   Photographes et éditeurs de vues stéréoscopiques se plaisaient à introduire, de temps en temps, un stéréoscope dans leurs mises en scène. L'objet... [Lire la suite]
26 avril 2015

Vues « composées » — James Elliott (3)

Staged photography — James Elliott (3) (James Elliott, né à Londres en 1832 et mort à Kensington en 1900, est l'un des  grands précurseurs de la mise en scène photographique. Il est l'auteur de dizaines de vues composées pour le stéréoscope entre 1854 et 1860 environ, qui se sont probablement vendues à des milliers d'exemplaires, et dont il reste encore d'excellents et nombreux spécimens, en Grande-Bretagne comme sur le continent. James Elliott semble avoir réalisé ses prises de vue très élaborées dans un grand atelier au 9... [Lire la suite]
26 avril 2015

Vues « composées » — James Elliott (2)

Staged photography — James Elliott (2)   (Suite de "Stereographic Illustrations of Compositive Photography". By J. Elliott.)   « The Reception and Profession of a Sister of Mercy », illustrated in two slides, are interesting, on account of the announcement that they « have been prepared with every regard to correctness of detail » – the artist acknowledging his thanks to those who assisted him in the composition, including « a venerable ecclesiastic, and an archbishop's lay secretary ». The arrangement is very effective.... [Lire la suite]
25 avril 2015

Vues « composées » — James Elliott (1)

Staged photography — James Elliott (1)   L'article qui suit est une critique, parue en décembre 1858 dans le journal The Photographic News, de quelques compositions photographiques récemment publiées. L'article, très étrangement, paraît signé du photographe James Elliott, qui est pourtant l'auteur des images même dont il réprouve parfois l'esthétique.   S'agirait-il d'une simple erreur typographique, les éditeurs ayant oublié d'intégrer le nom du photographe au titre de l'article ? Ou bien James Elliott a-t-il déjà pris... [Lire la suite]

19 avril 2015

Portraits en vrac - Miscellaneous victorian portraits

Un délicieux portrait (amateur) d'une femme lisant, assise sur le parapet d'un petit pont de campagne. Une élégante fixant le photographe à travers un miroir. Une autre encore, réfléchie elle aussi, posant dans l'atelier d'un opérateur de Francfort. Et une petite fille entourée de tous ses jouets. Pour finir, un groupe de vétérans des champs de bataille napoléoniens, avec leurs cicatrices, leurs béquilles ou leurs jambes de bois. Bref, une petite suite d'incohérences, dont il est inutile de s'excuser…     Lady reading... [Lire la suite]
04 janvier 2014

Les dessous de la crinoline • Crinoline : the "inside" story

  La bataille de la crinoline  The battle of the crinoline   Crinoline, vue anonyme (UK probablement) / British (?) stereoview (by J. Elliott ?), ca 1860. (Collection José Calvelo.) Vers 1855 environ, la bataille de la crinoline fait rage. Partisans et adversaires de l’accessoire s’affrontaient dans les revues et dans les conversations. Simple étape sans doute dans le conflit séculaire que se livrent tous ceux qui estiment avoir un droit de regard sur la toilette féminine (chacun d'entre nous, en somme ?). Cette... [Lire la suite]
01 janvier 2014

La MISE EN SCENE en photographie • Early "staged photography"

 Early staged photography   On attribue parfois à des artistes contemporains l'invention de la mise en scène en photographie. Rien en ce domaine n'aurait été, dit-on, réalisé avant Duane Michals, Bernard Faucon, Sandy Skoglund ou Joel Peter Witkin, pour ne prendre que quelques exemples. En réinventant la roue, chaque jour au réveil, l'homme se donne une très confortable sensation de vigueur que le "petit noir" du matin ne pourra jamais émuler. (La vue stéréoscopique en haut de page a été produite vers 1858, probablement... [Lire la suite]
01 janvier 2014

Photographie, peinture, littérature : une trinité soudée

Photography, painting, litterature : a tight-knit trinity     Réaliste, la photo ? La photographie passe volontiers pour un art sans préméditation. Formée par la vertu de l'optique et de la chimie, l'image y semble destinée dès l'origine au rôle de "témoin assermenté" du réel : une fabrication automatique (une sorte de ready-made), sans intervention directe de la main de l'homme. Elle paraît ainsi solidement protégée des tripatouillages de la peinture. Ennemie des inventions et des favoritismes auxquels sont toujours... [Lire la suite]